Les « insoumis » et les communistes quittent l’Hémicycle pour protester contre les propos du député Meyer Habib

Les tensions au Proche-Orient se sont invitées à l’Assemblée nationale, mercredi 15 novembre. En effet, les autorités israéliennes n’ont pas permis aux élus du Parti communiste français et de La France insoumise, en visite dans le pays, de rencontrer le dirigeant palestinien Marwan Barghouthi et l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Ces deux hommes sont emprisonnés en Israël. Et le député UDI-Constructifs des Français de l’étranger, le Franco-israélien Meyer Habib, est revenu sur le sujet, provoquant la colère des députés « insoumis » et des communistes, qui ont quitté l’Hémicycle.

« Quand le Quai d’Orsay a déclaré espérer la libération du franco-palestinien Salah Hamouri, j’ai eu honte, a déclaré Meyer Habib. Salah Hamouri est un terroriste, pas un prisonnier politique, un dirigeant du FPLP [Front populaire de libération de la Palestine], le FPLP responsable de l’attentat de la rue Copernic, (…) du carnage dans une synagogue à Jérusalem, cinq juifs égorgés en pleine prière à Jérusalem, égorgés exactement comme le fut le père Hamel dans son église », a lancé Meyer Habib, interrogeant le Premier ministre, Edouard Philippe.