Justice pour Salah

La campagne appelant à la fin de la persécution contre le défenseur palestinien des droits humains Salah Hammouri.

206
Les jours ont passé dans les cellules de la prison de détention administrative israélienne

Suivre les comptes de campagne

Dernières nouvelles

Tenez-vous au courant des dernières publications de couverture et de campagne.

nouvelles

Au Président de la République Emmanuel Macron

Aujourd’hui par cette lettre, je veux simplement vous rappeler que je me trouve dans une autre Bastille qui a pour nom « Ofer », située dans les territoires palestiniens occupés. Je vous rappelle aussi que j’y suis en détention administrative pour la troisième fois, qu’il s’agit d’une forme de détention arbitraire pour laquelle les prisonniers ne font l’objet d’aucune mise en accusation, et se voient soumis à un tribunal militaire semblable à ceux qui sévissaient en France jusqu’à une période récente, lesquels avaient condamné à mort et confisqué sa citoyenneté au Général de Gaulle.

Read More »

A propos

La campagne” Justice pour Salah” vise à mettre fin au harcèlement de l’avocat palestinien et défenseur des droits humains Salah Hamouri, par l’État d’occupation israelien et à sensibiliser aux politiques systématiques et brutales contre le peuple palestinien.

La campagne vise à:

justice-for-salah-hammouri-logo-transparent-en

L'histoire de Salah

Lire la vidéo

Jeunesse

Salah est né en 1985 à Jérusalem, en Palestine, d'un père palestinien et d'une mère française. Sa vie a été façonnée par la vision quotidienne des graves injustices de la colonisation et de l'occupation israéliennes, témoignant de sa violence et de sa brutalité quotidiennes.

Un symbole de justice

Salah Hammouri est un franco-palestinien, avocat, militant et ancien prisonnier politique devenu un symbole de la lutte palestinienne pour la justice à Jérusalem.

Captivity

Salah est actuellement détenu en détention administrative, sans inculpation ni procès, tout en faisant face à la menace imminente d'expulsion, ce qui donne une urgence renouvelée à la campagne croissante pour sa liberté.

Faire des actions instantanées

Écrire à Salah

Salah a été transféré à Hadarim, une prison de haute sécurité, en guise de punition pour avoir exercé sa liberté d’expression et envoyé une lettre au chef de l’État français Emmanuel Macron lui demandant d’agir. Nous vous invitons tous à écrire une lettre à notre bien-aimé défenseur des droits humains, Salah Hammouri, et à l’envoyer à l’adresse suivante :

Adresse:
Salah Hammouri
Hadarim Prison
PO box 165
405000 Even Yehuda
Israel

N'ÉCRIVEZ PAS VOTRE PROPRE ADRESSE SUR L'ENVELOPPE

Tweeter immédiatement

Envoyez sans délai un tweet pour exhorter le nouveau ministre français des Affaires étrangères à faire pression sur les autorités israéliennes pour qu’elles libèrent immédiatement l’avocat et défenseur des droits humains Salah Hammouri et veillent à ce qu’il puisse conserver son statut de résident à Jérusalem et poursuivre son travail en faveur des droits humains sans crainte de représailles.

.@MinColonna @EmmanuelMacron Votre priorité doit être de faire pression sur Israël afin qu'il libère le défenseur franco-palestinien des droits de l'homme Salah Hamouri et lui permette de vivre à Jérusalem. Sa persécution doit cesser. #justiceforsalah

Abonnez-vous à notre liste de diffusion

Inscrivez-vous avec votre adresse e-mail pour recevoir des mises à jour et des actions sur notre campagne.

01. BLESSURE

Décembre 2000

Salah, 15 ans, est touché à balles réelles par les forces d’occupation israéliennes alors qu’il participait à une manifestation à Jérusalem au début de la deuxième Intifada. Il est blessé à la cuisse droite et il en garde des séquelles jusqu’à aujourd’hui.

02. ARRESTATIONS

A plusieurs occasions

Salah a été arrêté six fois, la première alors qu’il était enfant à l’âge de 16 ans, il a ensuite été arrêté à l’âge de 19, 32, 35 et 36 ans, une peine d’emprisonnement totale de huit ans et huit mois.

 [1er septembre 2001- 17 janvier 2002]

Salah est arrêté à 16 ans, pour avoir participé à des activités étudiantes pendant la deuxième Intifada. Salah a été arbitrairement emprisonné pendant plus de 4 mois et demi et privé de début d’année scolaire et d’études.

Salah est arrêté pour avoir prétendument planifié une attaque contre le rabbin israélien, Ovadia Yosef, le parrain spirituel du mouvement ultra-orthodoxe Shas qui est aussi un raciste notoire d’extrême droite connu pour ses fréquents appels à la violence contre les Palestiniens. Salah a nié les accusations et a été emprisonné pendant sept ans plutôt que d’accepter une offre d’expulsion vers la France pendant quinze ans.



Français: Le célèbre acteur François Cluzet commente l’arrestation de Salah Hamouri.
https://www.youtube.com/watch?v=XBvYKMXq7vY

30 Juin 2020- 7 Juillet 2020

Salah est arrêté près du centre médical Sheikh Jarrah à Jérusalem alors qu’il passait un test de dépistage du COVID-19, afin  de se rendre en France pour rendre visite à sa famille. Salah est alors emmené au centre d’interrogatoire d’al-Moscobiya et sa détention est prolongée de huit jours supplémentaires sous prétexte d’une enquête plus approfondie.

03. DÉTENTIONS ADMINISTRATIVES

A plusieurs occasions

Salah a subi des détentions administratives illégales sans inculpation ni procès trois fois au cours de sa vie. Salah est actuellement détenu à la prison d’Ofer, sans preuves legales.

20 Février 2004- 24 Juin 2004

Salah est arrêté à l’âge de 19 ans, dans sa résidence étudiante de Bethléem et placé en détention administrative, c’est-à-dire sans inculpation ni procès. “En 2004 j’ai été de nouveau arrêté. A ce moment le ministère de la défense israélien a fait de moi le plus jeune détenu “administratif” à Jérusalem.”

“In 2004, I was arrested again. The Minister of Defense at the time made me the youngest “administrative” detainee in Jerusalem.”

29 Août  2017  

Salah fait l’objet d’une ordonnance de détention administrative de six mois du 29 août 2017 au 28 février 2018. Cette ordonnance a été prolongée de quatre mois, avant d’être renouvelée pour trois mois supplémentaires. Soit 13 mois de DA.

Lire l’article

7 Mars 2022

Salah est arrêté à son domicile de Kufor Aqab, au nord de Jérusalem, lors d’un raid à l’aube par les forces d’occupation israéliennes, y compris des unités des forces spéciales. Il est tiré de son lit et forcé à se mettre dans une position stressante humiliante et inconfortable jusqu’à ce qu’il soit transféré dans une jeep militaire à la base militaire d’Ofer.

10 Mars 2022

Salah reçoit un ordre de détention administrative de trois mois sans inculpation ni procès.

490 détenus administratifs palestiniens entreprennent un boycott collectif des tribunaux militaires israéliens pour protester contre la pratique illégale, systématique et arbitraire de la détention administrative par l’occupation israélienne. Salah se joint au boycott, refusant de participer à la procédure militaire liée à sa détention administrative et a demandé à son avocat de faire de même.

04. INTERDICTIONS

Mars 2015 - Septembre 2016

Salah a reçu une interdiction de se rendre dans des zones désignées de la Cisjordanie occupée depuis son lieu de résidence à Jérusalem durant une période de 6 mois. L’ordonnance de cette interdiction de se déplacer dans ces zones a été renouvelée deux fois, sans aucune explication, jusqu’à sa levée en septembre 2016. L’interdiction a entravé la carrière universitaire et professionnelle de Salah, ainsi que sa vie sociale, car il n’a pu participer à aucun événement social avec ses amis et sa famille. Salah a également été banni de son lieu de travail à Ramallah.

05. Séparation familiale

5 Janvier 2016

Au retour d’ un voyage en  France, la compagne de Salah Elsa a été détenue à l’aéroport Ben Gourion , s’est vu refuser tout contact avec son mari et sa famille, s’est vu confisquer ses biens et s’est vu refuser des soins médicaux alors qu’elle était enceinte de sept mois. Elsa a été expulsée vers la France deux jours plus tard. Elsa n’a pas pu retourner en Palestine depuis lors.

06. Revocation de la carte d'identité

A plusieurs occasions

Salah a reçu la décision de révocation de sa résidence le 17 octobre 2021 par le ministre israélien de l’Intérieur. En conséquence, Salah a perdu son droit au mouvement, au travail, à la sécurité sociale nationale et à l’assurance maladie. Une fois qu’ il sera libéré de sa detention administrative actuelle, Salah risque d’être transféré de force de sa ville natale de Jérusalem.

 

Salah a été officiellement informé de l’intention du ministre israélien de l’Intérieur de révoquer son statut de résident permanent à Jérusalem en raison d’un soi-disant « manquement à l’allégeance » à l’État d’Israël.



https://www.youtube.com/watch?v=AatLozGqPSU

La ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a annoncé l’adoption des recommandations visant à révoquer la résidence permanente de Salah pour « violation d’allégeance », des accusations citant des allégations intentionnellement vagues et larges et basées sur des « informations secrètes » retenues confirmant ses intentions de procéder à l’approbation du processus.

Le ministère israélien de l’Intérieur a officiellement notifié Salah de la révocation de son statut de résident permanent à Jérusalem.

Salah reçoit une lettre de l’Agence nationale de sécurité sociale israélienne l’informant de sa résiliation de l’assurance nationale et de l’assurance maladie en raison de son « départ du pays » et de l’absence de « preuve de résidence ».

La Haute Cour israélienne rend une décision rejetant l’appel pour suspendre les procédures concernant la révocation de la résidence permanente de Salah, citant des “informations secrètes” fournies par le ministère israélien de l’Intérieur prouvant que Salah continue de représenter une « menace pour la sécurité de la région ».

Le tribunal de district de Jérusalem décide de rejeter l’appel de Salah contre la révocation de sa résidence permanente jusqu’à une décision finale de la Haute Cour israélienne sur la question.

La Haute Cour israélienne rejette l’appel pour suspendre les procédures concernant la révocation de la résidence permanente de Salah, citant des « informations secrètes “ fournies par le ministère israélien de l’Intérieur prouvant que Salah continue de représenter une « menace pour la sécurité de la région ».

07. INFILTRATION DE LOGICIELS ESPIONS

Novembre 2021

Une enquête menée par Front Line Defenders en collaboration avec Citizen Lab et le laboratoire de sécurité d’Amnesty International révèle que Salah et cinq autres DDH palestiniens ont été piratés par le célèbre logiciel espion Pegasus du groupe israélien NSO.

IMPLIQUEZ-VOUS DANS D'AUTRES CAMPAGNES PERTINENTES

Palestine Civil Society

Salah Hammouri is at risk of deportation as Israel’s Ministry of Interior has taken action to revoke his residency status in East Jerusalem. The Israeli authorities must release Salah Hammouri immediately and ensure that he is allowed to keep his residency status in Jerusalem and continue with his human rights work without fear of reprisals.

AGAINST ISRAELI MILITARY COURTS

Addameer Prisoner Support and Human Rights Association calls upon its allies, friends, grassroots, civil society organizations, activists, and people of conscience to stand in solidarity with the Palestinian people and join Addameer’s global campaign titled “In the Case of the Palestinian People vs. Military Courts” #AgainstMilitaryCourts

Demolish Apartheid not Palestinian Homes

For over 73 years, Israel has forcibly displaced entire Palestinian communities and demolished hundreds of thousands of Palestinians’ homes causing terrible trauma & suffering. Over 6 million Palestinians remain as refugees and today at least another 150,000 are at real risk of losing their homes.

Palestine Civil Society

Join us in standing in solidarity with Palestinian human rights defenders, and send emails to US Secretary of State, Anthony Blinken, and Josep Borrell, High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy to pressure Israel and oppose this decision unequivocally.

Agir maintenant!

Aidez à rendre justice au défenseur des droits humains Salah Hammouri